mercredi 19 octobre 2016

La chambre d'Hannah - Stéphane BELLAT

Quatrième de couverture: Paris, février 1992. Pierre Descarrières, 11 ans, est malheureux coincé entre une vie terne et des parents qui se déchirent quotidiennement. Seul dans sa chambre, il rêve d'un frère ou d'une sœur qui viendrait rompre sa solitude. Paris, février 1942. Hannah Klezmer, 11 ans, étouffe dans l'espace confiné de son appartement, mise à l'écart parce que juive. Leurs routes n'auraient jamais dû se croiser. Et pourtant, c'est arrivé. Car il existe entre eux un lien plus fort que le temps et la folie des hommes. Si La Chambre d'Hannah plonge ses racines dans l'Histoire la plus sombre, c'est aussi le roman sensible et lumineux d'une amitié entre deux enfants qui n'ont, au premier abord, rien en commun : ni leur condition, ni leur époque. Avec, en filigrane, ces deux questions essentielles : jusqu'où aller par amitié ? Sommes-nous prêts à croire l'impossible ?

L'Avis de Laetitia

Mon histoire avec le livre: Le résumé m'ayant beaucoup plu, j'ai décidé de découvrir cette histoire. Les livres concernant la seconde guerre mondiale m'interpellent toujours et celui-ci n'a pas échappé à la règle. 

Mes impressions: Pierre, narrateur de notre histoire, est un garçon de 11 ans vivant au milieu de parents qui se déchirent sans cesse. Pour apaiser sa souffrance et retrouver un peu de sérénité, il se réfugie dans sa chambre mais les idées noires le rattrapent, le faisant envisager de mettre fin à ses jours pour se libérer de ce calvaire. 

C'est sans compter l'arrivée d'Hannah, jeune fille juive de 11 ans, débarquant tout droit des années 40 et vivant en pleine guerre mondiale, durant laquelle chaque juif était persécuté pour le simple fait d'être juif. 

Comment cela est possible, par quelle magie, deux enfants issus d'époques différentes vont se rencontrer? 

Une dimension fantastique s'installe alors, quelque peu déroutante au départ, mais à laquelle nous prenons goût par la suite. 

Dans ce beau roman, l'amitié est le fil conducteur et celle qui lie les deux personnages est très forte, sincère et d'une grande maturité de par les épreuves difficiles que l'un et l'autre subissent. 
Avec beaucoup de justesse, l'auteur aborde une des peurs de l'enfance, celle de voir son monde s'écrouler et de perdre les siens.

Pierre et Hannah sont profondément touchants et nous bouleversent à tout instant.

"Dieu était bâti à l'image des adultes qu'il avait créés, il promettait beaucoup et rien n'allait jamais plus loin. Je crois que, s'il avait eu l'idée de construire Adam et Eve dans des corps d'enfants, le monde serait moins cruel et déprimant."

La plume de Stéphane BELLAT est porteuse et je n'ai eu aucune difficulté à me faufiler jusqu'à la dernière ligne de son histoire, qui finalement, se dessine comme un témoignage de deux sociétés bien différentes. Le fait que le narrateur n'est que 11 ans ne m'a pas gêné dans ma lecture .

Ce roman est donc une belle découverte pour moi!

Editions Toucan - Date de sortie - 19 mars 2014
10.98 euros (sur Amazon)
256 pages


14 commentaires:

  1. L'histoire a l'air vraiment intéressante et bouleversante, tu donnes envie ! Je retiens le titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle l'est, on apprend plein de choses avec transparence et sincérité. Je conseille cette lecture! Bonne journée Emilie!

      Supprimer
  2. J'ai aussi lu ce livre, un énorme coup de cœur ! Pierre est un personnage très attachant et j'ai beaucoup aimé suivre son point de vu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton retour!
      Oui Pierre est un petit garçon bouleversant de maturité et de tendresse.
      Merci pour ton passage!

      Supprimer
  3. Ah, c'est un roman qui me fait bien envie moi !

    RépondreSupprimer
  4. Ah, je le note dans ma wish-list !! Il devrait me plaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je pense qu'il correspond au genre de livres que tu aimes découvrir!

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Avec plaisir, merci à toi pour ton passage!

      Supprimer
  6. il a l'air vraiment intéressant :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il l'est, je pense que l'on apprend toujours quelque chose avec ce genre de livres!

      Supprimer