mercredi 24 juin 2015

Nous avons interviewé SEBASTIEN & CLAUDIA

Nous venons de tourner la dernière page du livre " Des vies autour du monde: une aventure ordinaire" de Sébastien BREGEON et nous avons souhaité en savoir plus sur l'expérience de Sébastien et Claudia.


Ayant souvent échangé ensemble, ils ont gentiment accepté de répondre à nos questions concernant leur ouvrage.

- Quels sont vos meilleurs souvenirs, pour cette première partie de votre tour du monde ?

Sur ce premier récit, le meilleur moment est sans aucun doute lorsque cette personne avec le chien aveugle nous a pris à son bord. 
Elle nous a offert un morceau de son pain, ce qui représente un geste symbolique fort lorsque l'on est sur la route et que l'on ne sait pas quand ni où on dormira le soir. Au moins, étions nous assurés de manger. 
Il nous a invités à passer chez ses amis si nous ne trouvions pas à avancer. Ce qui a été le cas. Ses amis ont accueilli sans aucun souci deux inconnus pour la nuit.


 Qu'est-ce qui vous a le plus manqué durant vos périodes de voyage ? 

Une chose qui ne nous manquerait plus maintenant, mais qui n'existait pas, ou à peine, il y a dix ans.

Que ce soit lorsque nous avons voyagé à pied ou par la suite à vélo – toujours dans le même voyage –, nous rêvions d'avoir une bibliothèque avec nous. Mais pour une question de volume et de poids, cela n'a évidemment pas été possible. Alors qu'aujourd'hui, les liseuses nous auraient permis de satisfaire à cette envie. Transporter le contenu d'une bibliothèque avec nous. Sur la route, les moments où l'on a du temps pour lire ou penser ne manquent pas. 
Je n'y avais pas pensé jusque là, mais nous aurions pu écouter des livres audio ; bonne alternative.


- Pouvez-vous nous indiquer la destination qui vous a le plus émerveillée ?

Le Japon. 
Nous n'avions que très peu d'images en tête du Japon et de ses habitants et nous avons tout découvert sur place.
Lorsque l'on choisit chez un tour opérateur son voyage, on veut connaître les moindres détails de ce qui nous attend pour être certain d'en avoir pour son argent. Au Japon, nous avons fait beaucoup de camping sauvage, nous ne pouvions pas être déçus par rapport aux coûts. Nous en avons eu pour notre argent. Nous sommes arrivés par bateau de Vladivostok, tout à l'est de la Russie. 
Et pendant 2 mois, nous avons parcouru l'île avec un vélo tandem. Tandem que nous avions ramené d'Italie avec nos mollets, en pédalant jusqu'en Russie, de là nous avons pris le raccourci du train avec le Transsibérien.
Au Japon, nous avons adoré les paysages, la nourriture, les différences culturelles et la gentillesse des gens. C'est le seul pays sur la quinzaine que nous avons parcouru où nous nous sommes sentis zen. Nous y avons pris notre temps.

- N'avez-vous jamais regretté votre départ ?


Dès le premier jour, nous aurions pu nous demander ce que nous étions venus faire dans cette galère. Mais nous savions que le voyage allait avoir des hauts et des bas, et finalement cette première journée où tout ne se passe pas comme prévu nous a rendu plus facile à supporter les événements pas toujours heureux que nous avons eus par la suite.

Un voyage où tout ne se passe pas comme prévu, mais où tout finit bien, c'est presque l'idéal. On en ressort grandi d'avoir su affronter l'adversité.

Même les Russes ne nous ont pas fait regretter le départ. En Russie, un homme a essayé de nous soutirer de l'argent, et suite à notre refus de le payer il a appelé un policier véreux qui lui nous a pris de l'argent sous la menace de nous frapper. Il ne nous lâchait pas, mais nous avons réussi à échapper à son attention, et nous nous sommes enfuis en laissant nos affaires. Nous avons essayé de trouver de l'aide, mais les gens ne nous croyaient pas quand on leur disait que la police voulait nous mettre dans le premier train pour le fin fond de la Sibérie sans argent. Le policier véreux a fini par nous rattraper et la nuit a été longue. À cause de lui, nous nous sommes retrouvés sans argent pendant plusieurs jours de voyage. Nous risquions de devoir faire la manche ou les poubelles pour manger, mais cela c'est bien terminé. Nous avions la tente pour dormir dehors. À ce moment, j'étais très malade, ce qui n'a pas facilité les choses. 

Après des événements comme celui-ci, on relativise sur la vie.Mais même là, nous n'avons pas regretté le départ.


- Nous avons lu sur votre site que vous continuez de découvrir des pays étrangers. Pensez-vous vous installer à l'étranger, ou revenir en France à l'avenir ? 

Le voyage raconté dans le livre est terminé. 
Aujourd'hui, après avoir voyagé à l'étranger, nous y vivons. Ce qui ne nous empêche pas de revenir vivre en France régulièrement. Ces dernières années, nous avons vécu deux mois et demi au Maroc, quelques mois en France et aux Canaries (y passer l'hiver c'est agréable quand on n'aime pas le froid ) et beaucoup en Italie.Nous ne pensons pas nous installer définitivement où que ce soit. Très certainement, nous continuerons les allers-retours entre la France et d'autres pays. Nos racines sont en France, mais notre cœur est en Italie, alors il est probable que nous retournions régulièrement dans ces deux pays.


- Avez-vous gardé contact avec certaines personnes rencontrées sur votre chemin ?

Quand cela a été possible dans le voyage, nous avons rencontré les personnes plusieurs fois. 
Soit qu'elles avaient déménagé, soit que nous repassions au même endroit. Nous avons essayé de garder contact, mais comme on dit, loin des yeux, loin du cœur. 

La plupart des rencontres créées par le voyage sont éphémères. Et ce n'est pas les promesses sincères d'amitié éternelle que l'on se fait quand on se quitte qui y changent quelque chose. Nous avons rencontré des gens sur notre route à un moment où ils voulaient faire venir le monde chez eux, et cela tombait bien pour nous, nous étions libres d'aller à leur rencontre. 

Aujourd'hui, leur vie a changé, la nôtre aussi. La plupart des gens qui nous ont reçus ne reçoivent plus. Mais ce qui est certain, c'est que si ces gens avec qui nous avons partagé d'excellents moments nous demandaient demain à venir nous voir, nous les accueillerions avec beaucoup de joie et les bras grands ouverts.


- Quand sortira le prochain tome ? et combien de tomes pensez-vous écrire ?


2 questions pour le prix d'une :)

Pour le prochain tome, cela dépend :) Nous aurions aimé le sortir 6 mois après la sortie du premier, mais comme c'était notre premier livre, nous avons cru qu'il suffisait de dire au monde du voyage, « regardez notre récit de voyage est sorti. C'est exactement le genre de lecture que vous aimez. Venez le lire. » 

Mais nous nous sommes rendu compte que lorsque l'auteur n'est pas connu, les gens sont plus que réticents à lire, même lorsqu'on leur donne le livre. Certainement, la peur de se sentir obligés de finir le livre même s'ils ne le trouvent pas bon. Ce que l'on peut comprendre :)

Donc, nous laissons un peu de temps au livre pour trouver ses lecteurs avant d'écrire la suite. Les premières chroniques sortent seulement maintenant, alors que le livre est disponible depuis 2 mois et demi.

Le premier jet du second tome est déjà écrit. Ce qui doit représenter environ 1/4 du temps total avant la sortie. C'est donc une bonne chose de faite, même s'il reste le plus long.

En attendant, et pour éviter de m'éparpiller, je termine l'écriture de projets qui étaient en cours.
Comme l'écriture de nouvelles courtes de fantastique – 15 minutes de lecture –, que je publierai au rythme d'une par semaine pendant 6 semaines. Le lancement est prévu avant la fin juin avec la première qui sera en téléchargement gratuit sur notre site.
Début juillet, nous sortons un livre qui a été conçu pendant les phases d'attente de retour des primo-lecteurs sur le livre Des vies autour du monde.
Un petit livre avec des histoires de maximum 140 caractères. 
Le livre s'intitule « Délires de mots, petites histoires pour grands jeux de mots ». Un extrait inédit sera également téléchargeable sur notre site.

Et pour la rentrée, un livre sur les smoothies, boissons que nous consommons plusieurs fois par jour. 
Le livre est pour ainsi dire terminé, les textes sont faits, les recettes testées et retestées, les photos sont dans la boîte également, mais reste une partie longue avec les illustrations et la mise en page. Et pour ne pas changer, des recettes inédites seront téléchargeables sur notre site.

Après cela, on ne sera toujours pas à jour des projets en cours, mais l'horizon sera un peu plus clair pour continuer l'écriture du second tome de Des vies autour du monde. Dans l'idéal, nous aurions aimé le sortir pour Noël, ce qui aurait collé au thème du début du livre, avec notre arrivée dans une famille italienne pour les fêtes.

Pour le nombre de tomes pour le récit de voyage, je ne sais pas encore. Le voyage est plus lent au début, que vers la fin. Dans le premier tome, nous expliquons comment se passe l'auto-stop, mais après nous n'en parlons plus. 

Le thème du second livre est la découverte du wwoof, le travail contre le logis et le couvert dans des fermes biologiques, ainsi que la découverte du logis chez l'habitant avec des sites comme Couchsurfing ou Bewelcome.org. 
Sur la fin du voyage, nous faisons moins de rencontres, cela devrait donc s'accélérer à un moment.

Il devrait y avoir 7 tomes (ce chiffre est soumis à variation) et une fois que le livre aura trouvé son lectorat, nous publierons 1 tome tous les 6 mois. De la sorte, en 3-4 ans toute l'histoire sera publiée. Chaque livre aura son sujet principal et pourra être lu séparément. Le premier tome l'auto-stop, le second les fêtes de fin d'année en Italie, le troisième une ferme wwoof où cela ne se passe pas très bien…

Le site Internet de Sébastien et Claudia: http://desviesautourdumonde.com/

Nous remercions sincèrement Sébastien et Claudia d'avoir bien voulu partager un bout de leurs inspirations et de leur expérience au travers de ces quelques questions mais aussi de nous avoir permis de découvrir leur aventure. 

3 commentaires:

  1. Super intéressante cette interview, j'ai adoré !

    RépondreSupprimer